Cette superterre à 31 années-lumière de nous pourrait abriter la vie

Depuis 51 Pegasi b en 1995, plus de 4.000 exoplanètes ont été découvertes et nombre d’entre elles par le télescope spatial Kepler. Et depuis la fin de sa mission, de plus en plus par le satellite Tess. Parmi les dernières en date, GJ 357 d, située à seulement 31 années-lumière de nous et qui, selon les astronomes, pourrait abriter la vie.

Depuis juillet 2018, Tess — pour Transiting Exoplanet Survey Satellite — chasse les exoplanètes et plus précisément encore, les exoterres potentielles se trouvant dans un rayon de moins de 300 années-lumière de nous. Et c’est ainsi que début 2019, le satellite a été amené à pointer vers une étoile naine de type M, située à près de 31 années-lumière de notre Terre — dans la constellation de l’Hydre — et dont la masse est d’environ un tiers celle du Soleil pour une température de 40 % inférieure.

Les mesures réalisées ont alors montré que l’étoile en question, GJ 357, s’assombrissait légèrement tous les 3,9 jours. Preuve de la présence d’une planète en transit. Baptisée GJ 357 b, celle-ci s’est révélée être une planète de type Terre chaude de quelque 22 % plus grande que notre planète. Elle pourrait intéresser les chercheurs, car elle orbite autour d’une étoile relativement brillante et proche du Soleil et constitue ainsi une cible idéale pour étudier son atmosphère.

Au moins trois planètes gravitent autour de l’étoile naine GJ 357. L’une d’entre elles pourrait être une cible idéale pour rechercher des traces de vie. © Nasa Goddard

Mais c’est en complétant ces informations par des observations au sol — grâce au spectrographeCarmenes installé sur le télescope de 3,5 mètres de l’observatoire de Calar Alto (Espagne) — que deux autres exoplanètes ont été découvertes autour de l’étoile par une équipe d’astronomes dirigée par des chercheurs de l’université de Cornell (États-Unis) : GJ 357 c et GJ 357 d. Cette dernière a tout particulièrement retenu l’attention des astronomes. Car cette super-Terre pourrait, selon eux, abriter la vie.

Sommes-nous seuls dans l’univers ?

Une super-Terre, c’est une planète dont la masse est comprise entre celle de la Terre et celle d’une planète géante. Selon les astronomes de l’équipe, avec une masse de quelque six fois celle de notre planète, elle mesurerait environ deux fois sa taille. Dans son système, c’est la plus éloignée de son étoile. Elle en ferait le tour en 55,7 jours à environ un cinquième de la distance Terre-Soleil. Elle serait ainsi située dans la fameuse zone habitable de GJ 357.

Cette planète pourrait conserver de l’eau liquide à sa surface

Présentation du système GJ 357 situé à seulement 31 années-lumière de nous. Musique : Golden Temple, Killer Tracks. © Nasa Goddard

Sur la base des données à leur disposition, les chercheurs ont pu établir un premier modèle de GJ 357 d. « Avec une atmosphère épaisse, cette planète pourrait conserver une eau liquide à sa surface, comme la Terre », s’enthousiasme Lisa Kaltenegger, astronome à l’université de Cornell.

« Le simple fait de savoir que de l’eau liquide est susceptible de couler à la surface de GJ 357 d va motiver les scientifiques à trouver des moyens de détecter, autour de cette planète, des signes de vie », ajoute son doctorant, Jack Madden. Et à peut-être enfin trouver la réponse à LA question : sommes-nous vraiment seuls dans l’univers ?

  • Tess a permis à des astronomes de découvrir une nouvelle exoplanète orbitant autour d’une étoile située à 31 années-lumière de nous.
  • Des observations au sol sont venues y ajouter deux autres exoplanètes.
  • L’une d’entre elles, GJ 357 d, se situerait dans la zone habitable de l’étoile et pourrait retenir de l’eau liquide à sa surface.
  • De quoi potentiellement abriter la vie.

pour en savoir plus rendez vous dans futura science

2 août 2019
© Copyright Leroiani Services

Les prix baisse chez Leroiani Services — 30% de réduction sur tous vos marchandises de plus de 10000 Fcfa. Code réduction: LS-1233 Ignorer

X